Bénin – Odem : la révision du code de déontologie de la presse au cœur d’un atelier de formation

592

Hier, mardi 27 février 2024, s’est tenu à l’Institut Jean-Paul II de Cotonou, un atelier de formation organisé par l’Odem dans le cadre du projet Mobilisation, éducation, dialogue et information au Bénin (Média-B) financé par l’Union Européenne et soutenu par les partenaires We World, Observatorio di Pavia et Educ’ Action.

C’est une rencontre qui a réuni une trentaine de professionnels des médias venus de divers horizons. Objectif, recueillir les avis, les propositions et points de vue des journalistes autour du code de déontologie afin de le réviser pour s’adapter aux réalités actuelles. Dans ce sillage, Ulrich vital Ahotondji, président de l’Odem affirme : « nous remercions l’Union européenne qui nous donne la possibilité de relire justement ce bréviaire, cette référence que nous utilisons aujourd’hui au regard des nouvelles technologies, au regard de la transmutation de la presse nationale et internationale, au regard donc de tout ce que nous pouvons appeler aujourd’hui le packet digital qui transforme la pratique professionnelle du journaliste ».

« Principes du journalisme : un aperçu des principales normes éthiques qui sous-tendent les différents codes de conduite au niveau global, en Europe et en Afrique ». C’est bien là, le thème qui a fait objet de discussion au cours de cet atelier de formation. Resté sous le contrôle de l’expert italien Andreas Malnati, il faut noter qu’il a illustré les mérites et les défis de l’autorégulation des médias à partir d’exemples de codes au niveau international et national. « La déontologie du journalisme est l’ensemble des normes auxquelles les journalistes devraient au minimum s’astreindre et la chose la plus importante dans le journalisme, c’est de distinguer de façon claire les opinions différentes », a-t-il poursuivi.

Ledit atelier de formation a ensuite pris son élan sur les lacunes et acquis du code existant, propositions et sujet de révision. A ce niveau, cinq groupes de travail ont été créés pour évaluer le code de manière critique et pour identifier les éléments positifs à préserver les lacunes et les insuffisances à combler et un éventuel plan d’action afin de réviser ce code.

« Nous l’avons suffisamment dit et ça ne sera pas de trop de répéter que l’Observatoire est totalement engagé sur la presse de qualité et nous exhortons les pouvoirs publics à encourager la presse de qualité parce que ses signaux forts vont permettre évidemment à ceux qui dans l’ombre ici ou ailleurs de travailler d’arrache-pied dans le respect de l’éthique, dans le respect de la déontologie », affirme Ulrich Vital Ahotondji. A l’en croire, ces propositions et sujets de révisions sont pour une fin meilleure et il faut noter qu’un compte rendu des synthèses de ses propositions et amendements faits par chaque groupe seront enfin tenus compte lors des prochains ateliers de formation.

Stanislas ALIHOUENOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici