Uac : les concepts de « Roi », « Ahossou » et de « Dada » expliqués au cours d’un colloque ce matin

628

L’amphithéâtre Idriss Déby Itno de l’Université d’Abomey-Calavi a servi de cadre à la tenue du colloque porté sur le thème : « Allada, un Etat dans la constellation des anciens royaumes du Bénin précolonial : Problématique d’un rôle séminale ». Une initiative conjointe de l’Ecole doctorale pluridisciplinaire, Espace, cultures et développement et de l’Association de développement de la commune d’Allada dans le cadre des « mercredis scientifiques ».

Lever la lumière sur le royaume d’Allada et les moults traductions orales qui existent au sujet des notions de « Roi », de « Ahossou » ou encore de « Dada ». Ce sont entre autres objectifs que vise ledit colloque qui s’inscrit dans le cadre des « mercredis scientifiques ». Pour le directeur de l’Ecole doctorale pluridisciplinaire, espace cultures et développement de l’Uac, Professeur Placide Clédjo, il y a une différence entre les notions de  »Roi », de  »Ahossou » et de  »Dada ». Laquelle différence, selon lui, est moins connue du grand public. « Sur le terrain par exemple, il y a des rois mais qui normalement ne le sont pas. Il y a donc de la confusion », fait savoir l’universitaire.

« Les gens qui se réclament rois sont les descendants des premiers et ne savent pas les conditions dans lesquelles leurs aïeux se sont imposés dans ces statuts. Quant au concept, « Ahossou » en fongbé, ou « Aholou » en alladagbé, il désigne quelqu’un qui a une parcelle de pouvoir régalien mais n’est pas roi. En exemple, les Migans dans nos royaumes sont des « Ahossou » et non des « Dada », explique professeur Prof Romuald Tchibozo, directeur de l’Inmaac.

A travers deux panels qui ont respectivement porté sur l’influence politique d’Allada et son impact historique et l’histoire des arts et archéologies et la compréhension des arts à partir d’Allada, les participants ont également été aguerris sur les potentialités de ce royaume, comment est-il né et comment sa royauté a fonctionné. Le professeur Placide Clédjo persiste et signe « qu’on peut utiliser les potentialités de ce grand royaume pour le développement de la Nation ».

Le choix porté sur le royaume d’Allada n’est du hasard. Car le royaume d’Allada, explique Placide Clédjo, constitue le royaume qui a donné naissance à notre pays, le Bénin (ex-Danhomey). A l’en croire, tout est parti d’Allada et tout revient à Allada. Selon ses confidences, après Allada, cap sera mis sur Savalou, Nikki, etc.

Faut-il le souligner, chaque dernier mercredi de chaque mois, l’Ecole doctorale pluridisciplinaire, espace cultures et développement organise des une journée scientifique à laquelle les décideurs prennent part pour s’informer des résultats issus des différents recherches.

Pour rappel, le lancement de ce colloque a eu lieu en présence du Préfet de l’Atlantique Jean-Claude Codjia, des têtes couronnées dont le Ministre des affaires sociales du Palais Royal d’Allada, Rabbi Tan, des autorités politico-administratives de la ville d’Allada, des Enseignants-chercheurs, du 2è Vice-recteur en charge du financement de la recherche, Professeur Aliou Saïdou, étudiants et bien d’autres.

Olive IDOHOU (Stag.)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici