Fellation ou cunnilingus : un plaisir sexuel à risque ?

658

Le maintien de l’harmonie dans la vie de couple relève en majeur partie des rapports sexuels. Ainsi pour se satisfaire, les partenaires se livrent à la pratique des rapports sexuels oraux. Cette forme de plaisir peut parfois mal tourner parce qu’elle porte de nombreux risques sur la santé.

La fellation ou tailler une pipe est une pratique sexuelle qui consiste pour les femmes à sucer et lécher le pénis de leur partenaire. Tandis que le cunnilingus ou la lèche consiste pour les hommes à utiliser la langue pour stimuler le vagin ou lécher les organes génitaux de leur partenaire. En effet, ces pratiques sexuelles appelées rapports sexuels par voie orale dominent de plus en plus les relations intimes. De facto, les parties génitales ne suffisent plus pour se donner du plaisir dans les couples. Il faut aussi les lèvres, la langue voire la dent. Cette pratique presque en vogue est considérée comme le moyen le plus rapide pour atteindre le « septième ciel ». Selon Anaïs, jeune dame, âgée de 25 ans, « c’est un moyen de pimenter sa vie sexuelle et de renforcer la complicité avec son partenaire. » Mais ce ne sont pas les seuls avantages. Pour Nelson, étudiant en master à l’Uac, le plaisir et la liberté sont les principaux avantages des rapports sexuels oraux. « Personnellement tant que la fellation ne m’est pas faite, je ne me sens pas bien même si j’éjacule », a-t-il avoué. Cependant, bien que les rapports sexuels oraux puissent procurer de jouissance, ils ne sont point exemptés de conséquences. Les pratiquants peuvent s’exposer à des risques d’infections sexuellement transmissibles (IST). Pour Dr Martin, gynécologue «  les muqueuses de la bouche et de la gorge sont des portes d’entrée idéales pour les agents pathogènes, ce qui augmente le risque de transmission des IST notamment les maladies comme la chlamydia, la syphilis, l’herpès génital, le papillomavirus humain (HPV) et le VIH ». Des maladies telles que le cancer de la gorge, de l’anus et du col de l’utérus ainsi que les infections buccales peuvent être contractés par ceux qui se livrent à cette pratique. C’est donc important de se faire dépister régulièrement des IST pour prévenir toute contamination et protéger sa santé et celle de son partenaire.

Maphine DAHOUTOU, in Parution 227

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici